banniere-accueil
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

La F.C.J.M.P.

La Fédération des Centres de Jeunes en Milieu Populaire ainsi que les Centres de Jeunes en Milieu Populaire se voient au fil des temps investis de missions de plus en plus complexes contribuant à soutenir les jeunes dans le déroulement de leur vie quotidienne.


En effet, les bouleversements sociaux que nous traversons ces dernières années rendent les réalités des jeunes de plus en plus complexes. Dans le même ordre d’idée, les problèmes qu’ils rencontrent par rapport à leur scolarité, leur formation, leur emploi, leur logement, leur famille,... ont pour conséquences de rendre leur avenir incertain et de les démotiver.

En plus des problèmes propres à l’ensemble de la jeunesse (SIDA, chômage, parents,...), celle qui évolue en Milieu Populaire doit supporter certains écueils qui lui sont propres. Dans cet ordre d’idée, la xénophobie et l’exclusion sociale font trop souvent partie du quotidien de ces jeunes vivant dans des conditions socio–économiques difficiles et étant issus principalement de communautés culturelles différentes.

Par la réalisation d’activités sociales, culturelles et de loisirs, les Centres de Jeunes en Milieu Populaire ont pour mission première de soutenir le développement de la personnalité du jeune en tant que jeune citoyen critique et responsable.
Cette citoyenneté critique et responsable contribue au développement d’une prévention des délinquances et autres processus de marginalisation que peuvent rencontrer les jeunes.

Ce soutien spécifique à l’animation en milieu populaire s’exprime à travers :

  • La mise en œuvre de projets locaux d’actions communautaires en partenariat avec divers Centres de Jeunes en milieu populaire
  • L’impulsion de projets contre l’exclusion sociale
  • La réalisation d’outil d’animation et de prévention spécifique
  • Le développement de pédagogie active
  • Le soutien en matière d’animation spécifique au milieu populaire
  • La coordination d’actions de socialisation et d’insertion des jeunes
  • La réalisation de synergies entre Centres de Jeunes du milieu populaire
  • Un accompagnement professionnel des animateurs en matière de formation continuée et de suivis d’équipe d’animation
  • Le développement, par les Centres de Jeunes, d’actions dans le cadre d’une politique socioculturelle d’égalité des chances.


Les Centres de Jeunes en Milieu Populaire

Les Centres de Jeunes travaillant dans le cadre de l’égalité des chances développent un travail d’animation socioculturelle spécifique qui tient compte des jeunes dont les conditions économiques, sociales et culturelles sont les moins favorables. Ce travail est valorisé au travers d’une reconnaissance spécifique C.R.H. ou M.J. et la majorité des centres développent leurs actions dans le cadre du dispositif particulier d’égalité des chances du décret du 20 juillet 2000.

Les jeunes qui fréquentent ces Centres de Jeunes vivent des situations de fragilité sociale variables et multiples caractérisées par :

  • des situations d’absentéisme scolaire habituel, de retard pédagogique, d’appartenance à l’enseignement spécial ou le fait de ne détenir aucun diplôme postérieur au cycle primaire
  • l’appartenance à un milieu familial précarisé où l’un des parents au moins est dépendant d’un revenu de remplacement ou est exclu des mécanismes de protection sociale
  • des conditions d’habitats précaires ou répondant aux critères déterminés par le logement social
  • une situation de déracinement social, économique et culturel (ex. : migrants, réfugiés politiques,...).
  • la provenance d’une zone géographique déterminée où des actions spécifiques sont menées par les pouvoirs locaux sur base de critères d’action prioritaire (ZIP, ZAP, ZEP).
  • la dépendance d’un revenu de remplacement ou d’exclusion des mécanismes de protection sociale pour les jeunes.


Les Centres de Jeunes travaillant dans le cadre d’une politique socioculturelle d’égalité des chances développent des actions caractérisées par :

  • La prise en compte des jeunes et de leur environnement en favorisant le principe de démocratie culturelle.
  • Des moyens pédagogiques adaptés et complémentaires favorisant le développement socioculturel du public visé.
  • Une articulation entre l’action sociale et culturelle et la mise en relation des jeunes avec d’autres services particuliers.
  • La réalisation d’un travail d’animation socioculturelle dans lequel pourront se réaliser complémentairement des dynamiques interculturelles et des actions en faveur des plus jeunes.
  • Le développement de démarches socioculturelles d’activités et d’animations sociales, sportives, culturelles et de loisirs actifs considérés non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen permettant l’émancipation culturelle des jeunes.